Archives de catégorie : Actualités

CLUB couture récup’

Depuis trois semaines, un atelier proposant de coudre des objets à partir de vieux vêtements se déroule les vendredis.
Encadrés par deux enseignantes, les 30 premiers élèves inscrits se relaieront pour découper, coudre à la main ou à la machine, se concentrer sur leur travail minutieux .
Ne plus jeter mais récupérer, transformer, pour donner une deuxième vie aux vêtements, c’est aussi préserver la planète !

 

 

CROSS du collège

Lors du cross du collège jeudi 10 octobre 2019, 4 courses se sont déroulées sous un beau soleil dans une ambiance chaleureuse et conviviale.

Les élèves de l’école primaire de Vadans ont rejoint les collégiens pour se surpasser.

Ils ont en plus réalisé une belle action de solidarité au profit de l’association ELA.

Bravo à tous!

FÊTE DE LA SCIENCE

Le jeudi 3 octobre, les élèves de 3ème du collège Louis Pasteur d’Arbois, ont pu rencontrer 7 chercheurs de l’Université de Bourgogne – Franche-Comté. Il ressort avant tout, de cette journée, une image « modifiée » du chercheur, plutôt imaginé comme quelqu’un de solitaire, mystérieux et âgé : suite aux rencontres avec ces 7 scientifiques, le chercheur revêt désormais une image plus jeune, donnant de l’importance au travail en équipe et à la communication, même à l’échelle internationale. Certains élèves soulignent également la parité du milieu au regard des chercheurs présents, laissant là aussi un stéréotype de côté : une femme peut également faire de la recherche.

Le cursus semble bien compris pour les élèves, bien qu’un parcours unique n’existe pas, ce que certains chercheurs, en faisant part de leur expérience personnelle, ont bien fait remarquer : « à votre âge, jamais je n’aurais imaginé aller si loin. Mais 8 ans d’étude, ça passe vite, d’autant qu’à l’issue du Master, on reste étudiant, mais on devient également salarié ».

L’image de la recherche évolue elle aussi : si certains élèves reconnaissent n’avoir au départ aucune idée de ce qu’est la recherche (« c’est quand on cherche ») ou un concept encore assez flou (« c’est beaucoup d’études pour trouver des solutions »), ils ont désormais une image plus aboutie : « c’est se poser des questions et essayer d’y répondre ; c’est présenter des résultats et communiquer en anglais ! ; c’est très varié mais sur des sujets très précis ».

Les élèves ont apprécié par ailleurs la forme de l’échange prise avec les chercheurs, « loin du rapport prof/élèves » : il s’agissait d’une vraie discussion, beaucoup moins formelle qu’un cours. Ils ont trouvé les rencontres particulièrement enrichissantes et bien adaptées à leur niveau, les chercheurs ayant fourni un vrai effort de vulgarisation et d’accessibilité. Un élève souligne que pour des concepts qui, au départ, peuvent sembler très abstraits, l’échange s’est avéré très intéressant car très imagé.

L’utilisation de supports variés (images imprimées, schéma évolutif réalisé au fil de la discussion, présentation de lames de coupes de cœur de souris sur l’ordinateur permettant de zoomer) a permis de garder l’attention de chacun : les élèves apprécient de pouvoir faire tourner les supports pour mieux les regarder et ont particulièrement apprécié qu’un des chercheurs appuie son discours sur un schéma qu’il complétait au fur et à mesure de son avancée. Les chercheurs ont également pris soin d’apporter chacun un objet de leur laboratoire, ce que les élèves ont bien aimé : ils ont ainsi pu avoir un meilleur aperçu du travail, des gestes techniques voire ont pu parfois manipuler les micropipettes.

Les chercheurs sont apparus très à l’aise avec les élèves, qui ont apprécié la fluidité de leur discours leur permettant ainsi une bonne prise de notes.

 

Jeu de l’oie en espagnol

Margot et Héloise, élèves de 3° au collège , fières de leur travail, répondent aux questions de leur professeur, M. Fauvey :

Combien de temps avez-vous consacré à ce travail ? Margot: Nous avons travaillé durant un week-end entier et aussi durant les jours de la semaine qui suivait. La réalisation du jeu nous a pris beaucoup de temps. Nous avons dû mesurer, découper, coller, placer les cases avant d’écrire notre propre règle. Nous avons utilisé la véritable règle du jeu de l’oie pour travailler. Cette règle est disponible sur le site du musée du jouet de Madrid. Nous avons utilisé un plateau en bois, nous avons confectionné une boîte qui contient un dé et les pions.

Comment vous êtes-vous organisées pour ce travail ? Héloïse: je suis allée chez Margaux, elle est venue chez moi, nous habitons à quinze minutes l’une de l’autre.

Avez-vous aimé ce travail ? Les deux: On a adoré.

Pourquoi avoir choisi la mythologie ? Les deux: Ce thème nous passionne, nous avons découvert la mythologie en primaire et nous en parlons aujourd’hui en latin avec M. Latreille.

Avez-vous testé votre jeu ? Héloïse: Oui et nous sommes contentes du résultat. Il est différent d’un jeu classique.

Quelle note avez-vous obtenu ? Margot: Nous avons obtenu 20/20. Nous en sommes fières, nous pensions obtenir une bonne note.

Clémence, élève de 3° au collège, nous parle de son jeu de l’oie : 

J’ai consacré un peu plus d’un week-end à ce travail. Je l’ai fait toute seule. Pour bien cadrer les photos, j’ai demandé de l’aide à mon papa. Ce travail m’a plu, j’ai trouvé ça drôle. J’ai imprimé un deuxième jeu pour moi mais je n’y ai pas encore joué. J’ai rajouté des cases pour rendre la partie plus intéressante. Les cases 11 Pégase (on rejoue), 21 Méduse (le joueur est pétrifié) et 48 Les sandales d’Hermès (on avance de neuf cases). J’ai choisi le thème de la mythologie grecque car j’aime ce pays, mes cousines sont grecques, elles vivent à Thessalonique. J’ai déjà voyagé en Grèce une fois à l’âge de dix ans. J’ai lu un livre sur la mythologie et depuis ce thème m’intéresse.